Si vous aimez, partagez !

Le stress est-il nocif pour la santé ?

 

Initialement, le stress était utile. Pour nos lointains ancêtres, être stressé se résumait à mobiliser de l’énergie et la rendre disponible immédiatement pour soit « se battre » soit « s’enfuir ».
Le stress n’était qu’une façon intelligente de faire face aux aléas de la vie (être poursuivi par un animal par exemple).
Aujourd’hui, le stress s’apparente surtout à « subir » et à « ne rien pouvoir faire » et rarement à « se battre » ou « s’enfuir ». Nous avons à faire à un stress dû à la pression du travail, la société, les relations parfois toxiques, la peur de ne pas avoir assez d’argent, les événements familiaux, etc…
Le stress est devenu chronique, récurrent. C’est cette facette-là du stress qui agit sur nous comme un vrai poison au quotidien.

Tout est bon pour stresser. Sauf que ce simple mot peut faire de gros dégâts.

 

Pour commencer, qu’est-ce que « le stress » ?

Hans Selye, le pionnier sur le sujet, parle du stress comme étant un « Syndrome Général d’Adaptation » (SGA). C’est-à-dire que le stress serait un ensemble d’éléments provenant d’une perturbation forçant l’organisme à réagir.

Le stress c’est quelque chose de global (holistique) qui regroupe:

  • La cause (agression, harcèlement, événements, environnement…),
  • La réaction (tension artérielle, rythme cardiaque, respiration…),
  • Les conséquences (réaction cutanée, burn-out, maladies…).

 

Sommes-nous tous égaux face au stress ?

Non. Comme pour tous les sujets, nous sommes uniques, donc nous n’avons pas les mêmes réactions face à une même situation.
En 1980, deux chercheurs (Lazarus et Folkman) affirment que « ce ne sont pas les événements eux-mêmes qui déterminent l’apparition d’un état de stress. Ce qui est déterminant, ce sont les perceptions et le vécu de ces événements. »

Si demain vous perdez votre travail, certains seront stressés à l’idée de devoir recommencer professionnellement ailleurs ou d’entreprendre. Pour d’autres cela sera une motivation pour trouver mieux et le stress sera de courte durée.

En résumé le stress dépend de la relation que nous avons avec nous-même et notre environnement. Il apparaîtra quand notre bien-être sera mis à mal.

Je pourrais d’ores et déjà vous dire qu’il suffirait de changer nos perceptions sur les choses pour vivre les événements différemment. Ou encore d’être en accord avec nous-mêmes et notre environnement pour éviter que notre bien-être soit ébranlé, mais ça, je crois que vous le savez déjà.
Ce ne sera donc qu’une première piste de réflexion.

 

Les différents stress :

Presque tous les événements de la vie sont source d’anxiété, cela ne signifie pas pour autant que tout le monde est anxieux et angoissé. On peut avoir une existence très stressante et continuer à être détendu. Comme nous l’avons vu, nous avons tous des façons différentes d’aborder le stress, selon notre environnement et notre vécu, c’est pourquoi certaines situations sont stressantes pour l’un et pas pour l’autre.

Il va y avoir en général 3 façons de l’aborder :

  • Pour beaucoup le stress est vécu de façon positive, c’est une stimulation voire même une motivation.
  • Pour d’autres le stress est une agression.
  • Puis, pour d’autres c’est un empoisonnement, le stress est quotidien, répétitif et on n’arrive plus à mettre au point des mécanismes de défense.

C’est encore une fois une histoire de perception. Selon le contexte on peut être confrontés au 3 et dans tous les cas différents mécanismes vont se mettre en place.

 

Qu’est-ce qui se passe dans notre corps en cas de stress ?

Pour tous, face à une situation de stress l’organisme va déclencher des mécanismes.

LA PHASE D’ALARME:

C’est celle du stress naturel.
Lorsqu’une personne perçoit une perturbation, il y a une réaction immédiate: libération d’adrénaline et de noradrénaline. Cela permet au corps de réagir immédiatement via une respiration accélérée , la transpiration, la contraction des muscles, le ralentissement de la digestion, etc…

L’adrénaline (hormone de la réactivité) va permettre de préparer le corps à une réaction physique rapide et la noradrénaline va stimuler les sens et la concentration.

LA PHASE DE RÉSISTANCE:

Juste après la phase d’alarme (si celle-ci n’est pas réglée), l’organisme va agir comme si sa survie était menacée et se mettre dans le rouge.
On va donc se mettre à libérer (entres autres) une grande quantité de cortisol, qui entraînera elle-même une importante production de glucose par le foie pour fournir de l’énergie rapidement.
Pendant ce temps, le foie ne pourra donc pas remplir ses missions premières : l’élimination et l’épuration.

S’en suivront des réactions en cascades : la tension artérielle qui grimpe, le sang qui afflue pour nourrir expressément les organes essentiels comme le cœur, les poumons et le foie (c’est pourquoi nous devenons pâles après un choc). Le système immunitaire commencera à s’affaiblir suite à la sollicitation des organes pour autres choses et au déséquilibre des hormones.

Une fois la perturbation passée, si la réaction / solution a permis de faire face au stress, l’équilibre hormonal est rétabli, l’organisme revient à la normale.
On ressentira surement de la fatigue, de la faim…

En revanche, si le problème n’est pas résolu, donc si la perturbation dure trop longtemps sans pouvoir la régler, l’organisme va aboutir à un déséquilibre et entrer dans une autre phase.

LA PHASE D’ÉPUISEMENT:

Le corps subit du stress de façon trop répétitive, trop chronique, il n’a dont pas le temps de récupérer de cet effort, les divers déséquilibres commencent : problème digestif, de sommeil, d’irritabilité, système immunitaire affaibli, troubles, etc…
Puis, dépression, burn out, maladies.

Parmi les facteurs de stress on peut citer le stress au travail, le fait d’être une femme, les victimes de racisme, d’harcèlement, la restriction alimentaire, le manque de confiance, le fait de changer 2 fois de métro pour rentrer chez soi, avoir deux emplois, se demander comment on va payer le loyer, etc… Tout cela affecte non seulement notre état d’esprit mais surtout notre état physiologique.

Lorsque nous sommes soumis en permanence à des pressions, la réponse au stress reste activée des mois voire des années. L’organisme est donc toujours sollicité. Le cortisol, que l’on appelle aussi l’hormone du stress est une hormone essentielle à l’organisme, sauf que nous en avons besoin à petites doses sur des périodes courtes.

 

Quels sont ses effets sur notre santé ?

La gestion du stress et donc ses effets sont propres à chacun, nous n’avons pas tous les mêmes.

  • La prise de poids

Chez certaines personnes l’augmentation du cortisol pousse à consommer des aliments sucrés et gras. Cela entraînera une augmentation du taux d’insuline (qui régule le taux de sucre dans le sang et stock le gras) et donc provoquera parfois une augmentation du poids (surtout au niveau du ventre).

  • Le manque / la perturbation du sommeil

Comme si cela ne suffisait pas, une augmentation de l’insuline et du cortisol le soir, vous empêchera de dormir et la privation de sommeil augmente encore plus le taux de cortisol (qui devrait être très bas pour se détendre). Vous le voyez le cercle vicieux ?
Si vous stressez le soir, alors là on est au top pour une nuit « de rêve ».

Le manque de sommeil engendrera également un dérèglement de l’hormone de la faim (la ghreline), ce qui nous donnera envie de manger et de grignoter encore plus. Tout est lié.

Pour récapituler et faire très simple, le stress chronique va nous dérégler physiologiquement (et psychologiquement bien sûr) créant une réaction en chaîne: mauvaise alimentation, manque de sommeil, prise de poids, irritabilité, etc…

Petite remarque, en anglais « stressé », se dit « stressed » qui à l’envers donne le mot « desserts ». Intriguant non ?

Si vous faites partie des personnes ayant du mal à perdre du poids, demandez-vous plutôt est-ce que cela ne serait pas lié à du stress chronique (et donc une réaction psychique) plutôt qu’à votre soi-disant manque de motivation ? Parfois le changement de perception a du bon 😉

  • L’impact sur notre système digestif (microbiote) et sur votre système immunitaire

Parfois des diarrhées apparaissent en cas de stress, ou encore des brûlures, des douleurs digestives ou de la constipation. Notre système digestif est directement impacté par nos émotions, à cause de l’augmentation du cortisol. Tout ceci va créer de l’acidité dans le corps et créer un affaiblissement du système immunitaire.

D’autres hormones pro inflammatoires sont libérées par le système immunitaire en cas de stress, ce qui augmente la perméabilité intestinale.

  • L’apparition de maladies

Cet organe qu’est le microbiote est aussi appelé le deuxième cerveau, imaginez donc si celui-ci subit un dysfonctionnement.
La perméabilité intestinale va évidemment créer des problèmes de santé, de l’inflammation. Cela contribuera à la naissance de maladie auto-immune, inflammatoire comme l’endométriose, la sclérose en plaques, la dépression (un taux élevé de cortisol veut dire une faible production de sérotonine, l’hormone de la bonne humeur), le burn-out, etc…

Les effets sont nombreux et divergent selon les personnes, néanmoins le stress chronique n’a jamais fait de bien à personne. C’est pourquoi nous devons tous mettre parfois lever le pied et lâcher prise.
Si vous souffrez de douleurs quelconques, de difficulté à dormir, de fatigue même le matin, de problème digestif, de prise de poids, d’anxiété constante, de manque de confiance, d’une maladie, d’appétence aux aliments sucrés, etc… Le stress sera un facteur encore plus déterminant en ce qui concerne votre bien-être.

A retenir : l’hormone du stress le cortisol est un véritable poison si nous en libérons en excès (donc dans le cadre d’un stress répété). Elle provoquera des réactions multiples qui agiront sur notre façon d’être, de raisonner, de dormir, de nous alimenter, etc…
Nous ne pouvons dissocier le stress psychologique, du stress physique puisque les deux sont les faces d’une même pièce.
Il est donc primordial de comprendre qu’une hygiène de vie saine, veut dire prendre soin de soi au niveau de l’assiette, du mental, de l’esprit et du corps. C’est un ensemble de chose (et c’est aussi la base de Sérieusement Gourmand 🙂 )

 

Comment gérer son stress ?

Pour beaucoup le stress est provoqué par l’environnement (travail, relation, activités…) donc la première chose à faire est d’identifier les différentes sources de stress en se questionnant: « Qu’est-ce que je veux vraiment ? Qu’est-ce qui me fait peur ? Qu’est-ce qui m’empêche de… ? »

Selon moi, cela passe par une remise en question de notre fonctionnement, de nos perceptions et de nos peurs.
Il faut apprendre à penser autrement, à voir les choses d’une autre façon. Vous pouvez vous faire accompagner (ou non) sur cet axe grâce :

– A des séances de coaching en développement personnel (que je suis en mesure de proposer)
– Des séances de sophrologie
– De l’EFT (emotional freedom technique)
– De la médecine chinoise, etc…

Ensuite, cela passera par prendre du temps pour soi, savoir se mettre en mode pause. Voici ce qui fonctionne le mieux dans la gestion du stress:

  • La pratique du yoga
  • La méditation (vous pouvez commencer par exemple avec des applications comme « Petit bambou », « Mind » ou « 7mind » proposant des méditations guidées. Il existe ensuite beaucoup de livres sur le sujet pour passer à un stade avancé avec la médication pleine conscience.
  • La respiration et la pratique de la cohérence cardiaque
  • La pratique d’une activité physique (choisissez-en une « douce » pour relâcher la pression).

Evidemment avoir une alimentation saine permettra de ne pas alimenter le cercle vicieux que créé le stress.
Vous pouvez aussi vous pencher dans un second temps sur les huiles essentielles, les pierres, les massages, etc…

Vous pouvez aussi vous intéresser à certains livres vous permettant de changer de perspectives: « Le pouvoir du moment présent » – « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » – « Les quatre accords Toltèques » – « Foutez-vous la paix » – « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »…

N’oubliez pas que ce n’est pas un seul élément qui constitue votre stress, ni même votre bien-être. Vous ne pouvez donc pas dire « je mange sainement, c’est bon, c’est réglé ».
C’est un équilibre global qu’il vous faut.

La société moderne nous pousse très tôt dans la spirale du stress et chacun d’entre nous le subit à sa façon au rythme des aventures plus ou moins bonnes de la vie. Apprenons à faire une pause et à être dans le moment présent, là où se trouve le bonheur.

Prenez soin de vous.

Joy

 

 

Sources :

Travaux d’Hans Selye sur le stress
Cours de coaching « psychologie du stress »
L’ ouvrage « Sucre l’amère verité » du Dr Robert Lustig
Le livre Power biotique de Marion Kaplan
Livre « Et si c’était hormonal » du Dr Emmanuelle Lecornet-Sokol

 

Si vous aimez, partagez !